La respiration zazen de Shunry Suzuki

Respiration :

« Ce que nous appelons « je » n’est qu’une porte battante qui va et vient quand nous inspirons et nous expirons. »

Lorsque nous pratiquons zazen, notre esprit suit toujours notre respiration. Quand nous respirons, l’air vient dans notre monde intérieur. Quand nous expirons, l’air va dans le monde extérieur. Le monde intérieur est illimité, et l’extérieur est illimité aussi. Nous disons «  monde intérieur » ou «  monde extérieur », mais en fait, il n’y a qu’un seul monde au total. Dans ce monde illimité, notre gorge est comme une porte battante. L’air entre et sort comme quelqu’un qui franchit une porte battante.

Si vous pensez : «  je respire », le « je » est en trop. Il n’existe pas de vous pour dire « je » . Ce que nous appelons « je » n’est qu’une porte battante qui va et vient quand nous inspirons et quand nous expirons. Elle bat ; c’est tout.

Lorsque votre esprit est assez calme et pur pour suivre ce mouvement, il n’y rien : pas de « je », pas de monde, pas d’esprit ni de corps, rien qu’une porte. (..) C’est en fait la véritable expérience de la vie à travers la pratique Zen.

Esprit Zen – Esprit neuf : Shunry Suzuki ( p40- Edition sagesse/point)

Une réflexion au sujet de « La respiration zazen de Shunry Suzuki »

Laisser un commentaire